Nouveau

BLANCHE / Stéphane Aucante

Référence: littératures 35 - ISBN 978-2-491939-182
16,00
Le prix inclut la TVA, livraison GRATUITE


résumé

« Un oui suffit souvent quand la mémoire s’enfuit ; ça évite de dire des bêtises. »

Blanche a été mère à 40 ans, retraitée à 60, veuve à 70. À 80 ans, elle réside en EHPAD : c’est fou comme la vie se resserre sur la fin… Là où elle achève la sienne, elle retrouve Simone, son ancienne coiffeuse, et rencontre Charles, qui fut comédien. Tous les deux, elle les oubliera. Mais de son enfance, Blanche garde tous ses souvenirs. Trop sans doute. Dans sa mémoire, ils prennent la place de souvenirs plus récents. Très récents même : la vieille résidente est atteinte d’un début d’Alzheimer.

À l’EHPAD Blanche pensait être protégée, mais un certain virus et un confinement certain vont accélérer la perte de ses repères, et sa perte tout court ; dans le jargon médical, on appelle ça « glisser ». Chez l’ancienne archiviste, ce sont surtout les mots qui glissent, s’entremêlent et finissent par disparaître. Blanche va glisser en silence, vivant au passage une ultime et impossible histoire d’amour…

« Elle ne peut s’empêcher de lui sourire comme une fleur s’entrouvre, et lui l’illumine en retour d’un rire de printemps surgi d’entre des nuages noirs d’hiver. »

La vie en EHPAD, Alzheimer ou le premier Covid-confinement en France ne prêtent pas à sourire ? Qu’importe ! Blanche au fil des jours fait preuve d’humour et de sensibilité mêlés, brossant un portrait à la fois tendre et crû, toujours bienveillant, d’une femme solide, drôle et attachante, aux derniers soirs de sa vie.


 

l'auteur

Après avoir publié quatre livres en nom propre (dont trois sur la Palestine, édités chez DACRES) et initié deux cadavres exquis en temps de confinement, Stéphane Aucante a mis à profit une pause forcée dans son parcours professionnel pour écrire son premier roman. On y retrouve son goût de l’humain et son sens du rythme, le long d’un récit mené tambour et coeur battants, bien qu’il se déroule dans un monde ralenti où les corps sont à la peine…

Parcourir cette catégorie : LITTERATURES DE DACRES